25/02/2010

Quand la Belgique découvre Monsieur « Extrêmefurie»

Ainsi, ce mercredi 24 février 2010, la Belgique a découvert Nigel Farage (dont le patronyme pourrait se traduire par «extrêmefurie » !) lors de sa vive interpellation du président du Conseil européen, Herman Van Rompuy.

 

En entendant le leader du Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP) qualifier l’ancien premier ministre belge de « torchon humide », issu d’un « non-pays », on peut soit s’offusquer, soit considérer comme Talleyrand que  «tout ce qui est excessif est insignifiant».

 

En règle générale, j’ai plutôt tendance à privilégier la seconde option mais dans le cas présent je me demande si l’incident d’hier n’est pas le révélateur d’un mal profond qui ronge l’Union européenne : le repli identitaire.

 

En effet, en voyant les gesticulations de ce nationaliste « pur jus », on ne peut que réitérer le constat fait après les dernières élections européennes : les courants eurosceptiques, nationalistes et xénophobes n’ont jamais été aussi puissants au Parlement européen qu’aujourd’hui. Si les représentants de ces courants « identitaires » se retrouvent essentiellement dans les groupes « Europe de la liberté et de la démocratie », « Conservateurs et Réformistes européens » et dans les « Non-inscrits », il faut constater que cette tendance est aussi présente dans d’autres groupes du PE, notamment au Parti Populaire Européen.

 

Enfin, il ne faut pas oublier que ce repli identitaire se trouve renforcé par le désir de certains députés conservateurs d’affirmer de manière plus marquée le caractère chrétien de l’Union.

En écho, des personnalités de premier plan, comme Nicolas Sarkozy ou Herman Van Rompuy, n’hésitent plus, aujourd’hui, à faire référence aux racines chrétiennes de l'Europe.

 

Face à cette Europe qui a peur d'elle-même et des autres, les progressistes doivent réagir et se mobiliser. A défaut, le rêve d’une Europe unie, solidaire et tolérante finira dans les poubelles de l’Histoire !

14:17 Écrit par Joël dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.