27/05/2010

La NV-A premier parti de Flandre, a qui la faute ?

Depuis hier, la presse fait écho des sondages qui créditeraient la NV-A de 26 % des voix en Flandre. Les nationalistes flamands deviendraient ainsi le premier parti du nord.

Comment un parti, qui n’était qu’un des nombreux avatars de l’ancienne Volksunie, a-t-il pu devenir un acteur majeur de la vie politique flamande ?

Un élément de réponse je l’ai trouvé dans le dernier post (« Belgique : les indépendantistes flamands ont le vent en poupe ») publié sur le blog de Jean Quatremer

Voici ce qu’écrit le correspondant de Libération à Bruxelles : « Le CD&V a manifestement créé un monstre qui lui a échappé : c’est en 2003 qu’Yves Leterme a proposé une alliance à la NV-A, ce petit parti n’ayant pas réussi à passer le seuil d’éligibilité de 5 % lors des élections législatives. Son idée était de s’adjoindre une force d’appoint afin de permettre au CD&V de devenir le premier parti de Flandre. 

Opération réussie en juin 2007, au prix d’un glissement du CD&V vers les thèses indépendantistes. Mais le patron de la NV-A, le très intelligent Bart De Wever, a mis fin au cartel CD&V/NV-A en 2008, faute pour Yves Leterme d’avoir pu faire progresser la cause indépendantiste.»

Cliquez sur l’image ci-dessous pour lire l’intégralité de l’article.

quatremer

Het is niet te laat, maar het is tijd !

13:22 Écrit par Joël dans Elections 2010 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

Commentaires

Un imbécile Eh oui, Leterme a ouvert la boîte de Pandore en introduisant les nationaux-fachistes de la NVA en plein coeur de la politique belge, et maintenant son parti court droit à la déconfiture. Mais pourquoi donc les flamands ont-ils voté en masse pour cet imbécile, voilà la question.

Écrit par : Charlier | 27/05/2010

Les commentaires sont fermés.